Tiamat. Cadavre exquis.


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La vie urbaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
~Tiamat~
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: La vie urbaine.   Mar 12 Aoû - 0:12



Vivre se résume à la même chose des deux côtés, que l'on soit exposé au ciel ou sous la terre. Skulls et Erÿns évoluent dans un monde moderne, que vous ne connaissez sûrement pas ou mal. Décrivons donc à quoi pourrait s'apparenter la journée d'une créature sur Tiamat.
La vie en communauté est extrêmement importante chez les Skulls : vous remarquerez qu'ils vivent rarement en maison, mais dans des appartements qu'ils colouent avec un à deux de leurs congénères, même sans se connaître au préalable. Un Skull est sociable, il partage tout avec ses compagnons. Dans une chambrée, c'est inévitablement un Mâle qui doit prendre les décisions et donner les ordres, on l'appelle alors le M.

C'est moins évident du côté des Erÿns, pour qui la vie s'apparenterait à la nôtre : métro-boulot-dodo. Les deux peuples travaillent, et nous noterons que certains métiers ont disparu au fil du temps. Les agriculteurs ont été remplacés par les bras mécaniques, les petits commerçants subsistent avec bien du mal... Dans ce monde où survivre est dérisoire, les Skulls apprécient travailler dans la technologie ou l'art, inventant à tout va de nouveaux mécanismes et des tendances. On a cependant gardé une certaine authenticité, ou bien c'est seulement une mode... Personne n'a touché aux véhicules. Voitures, cars, bus, train, ils sont tous là. Il n'est pas rare de voir des jeunes gangstas à moto dans les rues, le rétro étant devenu une obligation. Les Erÿns n'ont pas ce côté nostalgique et tout ce qui bouge chez eux va forcément s'envoler : ce serait un émerveillement pour un Skull de voir à quelle vitesse se déplacent les bagnoles dans les airs.

Il y a bien un argent à Tiamat, et il est différent selon les races. Chez les Skulls, vous paierez en Lunalesca's Tiams, qui sont l'équivalent du double des euros (à vous de faire la conversion si vous n'êtes pas de France). Un objet coûtant 15 euros ici sera à 30 Tiams. Pour les Erÿn, la monnaie se nomme Aline. Un Aline = six euros. A vous de voir. Les deux nations n'ayant pas de monnaie commune, il est parfois dur pour les Erÿn venus rendre visite à leurs compagnons de payer quoi que ce soit, les échanges n'étant possible qu'à Lunalesca.

Sachez une chose sur les Skulls : ils vivent surtout la nuit. Ce qui signifie qu'ils apprécient les soirées, les groupes de musique rock méconnus du grand public devant lesquels ils peuvent pleurer et se déchaîner (les musiciens et chanteurs, même s'ils n'organisent que des petites prestations dans les bars, sont idôlatrés comme des stars) et touchent généralement à tout. La drogue comme l'alcool ne les dérange pas, le sexe est un plaisir. Et tout ceci symbolise les bonnes moeurs sur Tiamat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Tiamat~
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: La vie urbaine.   Jeu 14 Aoû - 14:13

Renseignements sur l'alimentation


- Skulls

La surface de Tiamat semble peu fertile, mais fort heureusement on réussit à y cultiver et on trouve beaucoup de champs robotisés à l'extérieur des villes, pour subvenir aux besoins de l'importante population de Skulls. Cependant, rappelons qu'étant éternelle et d'un métabolisme différent de celui des humains, cette race nécessite peu de nutriments pour s'épanouir, ce qui fait qu'au fil des ans, on a eu une alimentation de moins en moins variée, pour se tourner vers deux seules céréales. La première prend la forme d'un épi mauve, dont seules les graines au goût douceâtre sont comestibles : on l'appelle le Djin, et il est déclinable en bouillie (même des soupes quand il est dosé généreusement avec de l'eau chaude) ou en grains cuits, à même l'assiette. La seconde se trouve être distribuée sous forme de flocons beiges un peu sucrés, et il est possible d'en faire des galettes que les Skulls peuvent alors porter sur eux et grignoter en cas d'une baisse de forme. Celle-ci se nomme le Jadane.

On a pris l'initiative de planter des arbres en lignes serrées, ce qu'on pourrait appeler des vergers, mais plus personne ne s'intéresse à leurs fruits. Deux choses sont essentielles dans les arbres de Tiamat : petits et grêles, leurs racines sont souvent récupérées pour varier un peu avec le Djin et le Jadane à toutes les sauces, coupées en rondelles ou râpées. Mais il y a plus important : leur eau. Un végétal n'a pas de sève qui coule dans ses veines, mais bien de l'eau, avec un "e" minuscule. Ce liquide se révèle être nécessaire aux Skulls pour leur fonctionnement, sans quoi ils se déshydratent aussi facilement qu'un être humain et finissent par tomber dans le coma. Elle est rare et précieuse, aussi on protège farouchement les "champs d'arbres", la seule source connue de cette eau. Pour la récupérer, on vient pomper directement dans le tronc, en assez petite quantité pour ne pas entraîner la mort et pour laisser la boisson se renouveler. On peut la boire mais elle est aussi connue dans la cuisine étrange des Skulls, servant parfois d'assaisonnement avec le Jadane. Outre l'eau, les Skulls peuvent boire un Djin écrasé extrêmement dilué avec cette dernière, ce qui donne une boisson couleur lavande extrêmement douce, la Phetà, plus en vogue chez les Skulls âgés.

Les seuls animaux existant sur Tiamat étant les insectes, on ne se nourrit pas de viande - même pas de celle des Skulls décédés, qui de toute façon sont très toxiques puisqu'ils meurent en majorité avec le concours de l'Eau.

- Erÿns

Il serait simple de dire que les Erÿns n'ont pas besoin de manger. Ils y prennent plaisir cependant, bien que ce ne soit pas nécessaire, manger est plus une satisfaction personnelle et une sorte de mode. Pour trouver un Erÿn en bonne santé, il faut tout simplement lui fournir du Sang. Celui qui coule dans leurs artères est d'ailleurs excité aussitôt qu'il sent la présence de la matière quelque part près de lui, sans doute pour rappeler à son propriétaire ses réels besoins. Un Erÿn aurait besoin de se plonger dans le Sang toutes les trois semaines, pour renouveler cellules et tissus. On dit que le gel visqueux pénètre leurs pores et vient rétablir les maux, redonner vigueur et vitalité. Certains "prennent leur bain" plus fréquemment, d'autres moins, tout va dépendre du Erÿn en face de vous, de ses goûts et de son endurance une fois son Sang consommé. Tout ce que l'on sait, c'est qu'un Erÿn arrivé à ses limites peut mourir de faiblesse en quelques jours.

Passée l'obligation du bain, ils apprécient les douceurs et sont parvenus à recréer chimiquement ce qu'on appellerait aujourd'hui le miel ou le chocolat. Ils n'aiment absolument pas ce dont se nourrissent les Skulls, trop basique et peu ragoûtant, mais ont extrait le sucre de leur Jadane au cours de leurs expéditions. C'est avec plaisir qu'ils grignotent bonbons et gâteaux artificiels, étant fin gourmets ils vont jusqu'à tenter des mélanges sucré-salé, comme des pains renfermant à la fois caramel et Djin. La vie branchée des Erÿns est découpée par les repas, aussi absurde que cela puisse paraître. Le Lever se savoure avec pains et chocolat fondu dans des verres, la Moitié est l'occasion de goûter aux dernières nouveautés salées (connaissiez-vous ces haricots ?) et de se remplir la panse, tandis que le Coucher privilégiera les repas légers et peu bourratifs, histoire de ne pas avoir l'estomac lourd pour s'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Tiamat~
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: La vie urbaine.   Sam 16 Aoû - 13:28



Education


Le système scolaire est inexistant chez les Skulls, c'est aux géniteurs de l'enfant de parfaire sa culture et lui apprendre certains rudiments de la vie - avoir un bambin est donc une lourde responsabilité. Les seules écoles à proprement parler forment les jeunes Skulls à leur futur métier. Généralement, elles sont accessibles aux Skulls à leur majorité, placée à 17 ans sur Tiamat, et ne demandent aucun diplôme ou concours. Avant d'entrer dans l'une de ces facultés, l'enfant puis l'adolescent est donc assez libre, bien que ses parents lui profèrent parfois des leçons. L'occasion de savourer les drogues et les alcools, de se pâmer dans l'oisiveté tranquille pendant 17 années. Il y a tout de même l'exception des Priants et des Meurtriers, qui commencent leur apprentissage jeunes.

Pour les Erÿns, qui se rapprochent de notre monde, l'école a un peu plus d'importance. Certes, elle n'est pas obligatoire, mais elle est là, dans les consciences, et rares sont les enfants qui ne seront pas scolarisés. On entre en primaire à l'âge de douze ans pour une durée de cinq années, puis commence le secondaire à 17 ans, qui se termine de 10 à 13 ans plus tard selon la réussite scolaire. Ensuite, le système se divise en branches différentes, facultés, prépas, universités, qui sont axées vers les futurs métiers des Erÿns, alors âgés de 27 à 30 ans. En moyenne, un Erÿn entre dans la vie active à 36 ans.

Santé


Vous ne serez pas étonnés d'apprendre que le concept de la médecine n'existe pas chez les Skulls. Outre la technique mise en place pour aider à la naissance des enfants, pratiquée par la Croyance, il n'y a pas de docteur attitré ou certifié, leur besoin étant presque inexistant du fait que les blessures se soignent d'elles-même et qu'on ne cherche pas à être guéri vu la religion morbide existante.

Chez les Erÿns, qui sont quant à eux mortels et assez vulnérables, vous trouverez aussi bien des cabinets de généralistes que des hôpitaux dans la cité souterraine : il en existe deux, le Centre de Soins Général (CSG) et le Këelass Nerenam (dit Nerenam), tous deux extrêmement perfectionnés et actifs en permanence. Le métier de médecin est renommé et dur d'accès, cependant on en a bien besoin - c'est un secteur d'activité propre aux Erÿns, les Skulls ne pratiquant évidemment pas la médecine.

Langues


Les Skulls ont une langue qui leur est propre, parlée dans l'entièreté de leur monde. On l'appelle le Treesha. Cette langue est caractérisée par sa douceur, presque ondulante, presque suave, assez exotique. Il existe divers accents à travers Tiamat, le plus connu étant celui d'Ozane : les Skulls originaires du Nord auraient tendance à marteler les mots, ce qui fait qu'ils sont reconnaissables au premier coup d'oeil. Le Treesha "pur" est parlé à Lunalesca, et se trouve être plus violent que ce qu'on entendrait dans les villes dites provinciales : on ne mâche pas ses mots, même si on parle généralement assez bas.
Il subsiste une langue secondaire sur le terrain occupé par les Skulls, dite le Davon'chitrem. Un "patois" où les r sont excessivement roulés, qui survit de plus en plus mal dans la seule région d'Amity et Dollma. Cela va sans dire que les Skulls parlant cette langue sont archaïques.

Il en va autrement pour les Erÿns. On ne sait si c'est le fait du Sang, mais ce peuple a le privilège de posséder une langue universelle depuis le début des temps. Entendez par là qu'ils peuvent comprendre et parler toutes les langues, moyennant une faible concentration, tout en ayant l'impression que le Skull parlant Treesha devant eux leur adresse en fait des mots en Doll (la langue parlée des Erÿns) et qu'ils lui répondent en Doll alors qu'ils parlent en Treesha. Plutôt pratique. Le Doll privilégie les voyelles claires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Tiamat~
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: La vie urbaine.   Lun 16 Fév - 22:02

Systèmes économiques


Les deux mondes, bien que n'étant pas pris d'animosité l'un contre l'autre, n'échangent pratiquement aucune marchandise, on pourrait même dire que, repliés sur eux-même, ils vivent en autharcie. Seuls les Erÿns circulent de Këelass à la surface, et parfois un individu ramènera avec lui son entreprise ou ses produits nationaux, mais les échanges dits économiques se limiteront à ce genre de trafics. On connaît mal les denrées de l'autre, et c'est une source de curiosité inépuisable.

~> A Këelass, on a aménagé la ville en différents quartiers pour instaurer une parodie de libre-échange. Ces quartiers, possédant chacun un bâtiment central censé les représenter, commercent les uns avec les autres. Ainsi, selon si le dirigeant de l'arrondissement est un fin marchand ou non, on verra des quartiers plus ou moins riches. Toute la palette y est : des bas-fonds miteux reculés au bout de la ville, aux buildings de verre touchant le plafond. Le secteur agricole est inexistant, car on sait bien qu'il n'y a pas de nourriture cultivable sous terre, et est remplacé par les industries. Industries chimiques qui synthétisent les petits plaisirs gourmands des Erÿns, de pointe pour imaginer les véhicules, les infrastructures, la technologie. Le secteur tertiaire est florissant. Pour ce qui est du Sang, on a passé depuis longtemps le bâtiment des Bains au domaine public, la vie étant un droit réservé à tous. Les petits commerces font mine grise, et seuls les passionnés amateurs d'authenticité vont s'y rendre en slalomant à travers les petites ruelles piétonnes rescapées. On dit que c'est "fashion".

~> A la surface de Tiamat, la notion de "survie" paraît beaucoup moins importante, entendons-nous, et c'est ce qui va entraîner le manque de système politique, puis celui de système économique. Qu'aurait-on à échanger ? Il y a bien une société qui a réussi dans la nourriture, en pourrissant le désert pour l'obliger à porter ses arbres et sa Jadane, et qui fait croire aux Skulls qu'ils ont le choix du fabricant en multipliant les marques. Seuls les services comptent, et les métiers un tant soit peu... artistes et torturés. Toutes ces activités sont divisées dans des petits magasins obscurs où les habitués vont parce qu'ils s'y sentent bien, on pourrait dire que chacun a forcément un fournisseur d'alcool favori et un ami e-x-p-e-r-t pour l'habiller. Seule exception à la règle : le centre commercial de Valeria, la jumelle d'Altavir. Le peu d'échanges entre les villes se fait via des trains de marchandises. Ah, il paraît qu'il y a un secteur qui marche bien, c'est de faire partie de la Croyance, surtout à un poste haut placé tel que Meutrier, ou dans le service publicitaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie urbaine.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie urbaine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» Orks en guerre urbaine...
» Les merveilles dans une jungle urbaine (Le Chapelier Fou & Cheetah )
» de L'insécurité en Haiti ou Insécurité provoquée ?
» Mes Red Scorpions : Travail en cours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tiamat. Cadavre exquis. :: Avant de jouer. :: Contexte.-
Sauter vers: