Tiamat. Cadavre exquis.


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Abiel, I'm just a little boy...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abiel Matri
Erÿn
avatar

Nombre de messages : 2
Age : 25
Âge : 29 ans (donc l'apparence d'un ado)
Religion : Athée
Métier : Etudiant
Gang : Aucun
Date d'inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Abiel, I'm just a little boy...   Sam 4 Oct - 13:44

Votre personnage

Nom : Matri
Prénom : Abiel
Âge : 29 ans
Race : Erÿn
Sexe : Homme
Orientation sexuelle : ne sais pas vraiment, après-tout ce n'est encore qu'un gamin
Religion : Athée
Métier : Etudiant
Gang : Aucun
Lieu de naissance : Këelass
Lieu de résidence : Këelass
Aura : Moyenne

Caractère :
Comment me décrire ? Je suis d’un naturel optimiste. Pour moi rien n’est impossible, sauf peut être les barres parallèles. Le sport : l’une des rares choses que je hais véritablement. Je suis dépourvue d’une quelconque musculature, ce qui fait que, le simple fait de courir devient une véritable épreuve hors de ma portée. Les muscles les plus développés de ma personne, après mes mains, sont le cerveau, et en tout dernier, la langue. Pour le reste…ça ne vaut même pas la peine d’en parler tellement c’est affligent, en plus ça me déprimerai pour le reste de la journée.
Je suis curieux, trop. Pour moi, tout autour de moi peut devenir une source d’intérêt. Les skulls en particulier m’intrigues, je ne suis jamais sorti de Këelass, je n’en ai donc jamais côtoyé.
Ensuite je suis souvent joyeux, et j’aime sourire. Je ris beaucoup moins souvent, je trouve ça trop bruyant.
Mais l’une de mes capacités les plus avancées réside dans une matière : l’informatique. Je suis ce que l’on pourrait appelé un ‘prodige’ dans cette matière.
Comme tous les Erÿns, je suis naturellement doué pour les langues, elles représentent donc peu d’attraits à mes yeux, la biologie est intéressante mais je n’y excelle pas, quant à la politique, c’est l’une des rares choses dont je me désintéresse complètement.
Par contre, l’informatique…Lorsqu’on me présenta pour la première fois un ordinateur, je n’eu pas besoin que l’on m’explique quoi que ce soit, je l’allumai est pianotait sur les touches comme si j’avais pris des cours avancés en informatique à la fac. Tout comme les composants de l’ordinateur, nul besoin de regarder un manuel, je su immédiatement ce qui n’allait pas lorsque le mien tomba en panne, et je l’ouvris et réparais la panne sans problèmes.
Cependant, sous ces apparences joyeuses, je me laisse facilement tomber dans la déprime lorsque je me retrouve seul chez moi.

Goûts : J'aime tout ce qui est électronique ou touche à ce domaine. Je ne suis pas un très bon cuisinier mais par contre, j'aime beaucoup manger.

Physique :
Aëla entra dans la pièce, légèrement inquiète, qui donc l’avait invité ? Les demeures dans ce quartier, étaient pour la plus part ouvertes et lumineuses, mais celle-ci était sombre. Observant la salle, elle se rendit compte que, près des volets fermés, d’où filtraient quelques rayons de soleils, se trouvait une forme accroupie.
Ses yeux qui s’adaptaient à la pénombre purent détaillés ce qui se trouvait être un garçon, bien qu’elle n’en fut pas certaine.
Ses yeux bleus aux reflets violets et aux longs cils noirs brillaient dans sa direction, sur le visage anguleux aux traits féminins s’étirait désormais un sourire, deux profondes fossettes creusées sur les coins de sa figure, au milieu de ses joues. Quelques mèches de ses courts cheveux d’un blanc grisé soigneusement coiffés en arrière s’étaient échappées et tombaient sur son front.
La peau blanche de ses oreilles avait été percée et laissait désormais la place à deux longues boucles d’oreilles à l’aspect métallisé.
Ses longs doigts se posèrent au sol alors qu’il se relevait pour venir à la rencontre de la jeune femme. Il était svelte, une chemise d’un blanc immaculé faisant écho à son teint tombait gracieusement sur son corps élancé. La forme de ses longues jambes était mise en avant par un pantalon noir serré, qui finissait rentré à l’intérieur de grosses bottes noires.
Abiel avait toujours apprécié ce style de vêtements et ne s’habillait que rarement d’une autre façon.
Aëla dû lever la tête lorsqu’il arriva à sa hauteur, mais détourna vite les yeux, elle tomba alors sur le col ouvert du jeune homme, qui laissait entrevoir le reflet argenté d’une chaînette. Il avait une apparence frêle, comme si la nature lui avait offert un beau visage, mais, en contrepartie, lui avait dérobé une quelconque chance de pouvoir développer ses muscles. Et pourtant il avait réussi à compenser ce manque grâce à un subterfuge assez simple : il suffisait que les gens ce concentrent sur son visage, et alors ils étaient éblouis par ses dents blanches et son sourire éclatant, en n’apercevant pas la lueur amusée qui brillait au fond de son regard.
Ce fut ainsi que le vit Aëla, lors de leur première rencontre.


Histoire :

J’ai une assez bonne mémoire, et pourtant rien ne me reviens de ce qui c’est passé avant mes 6 ans. Je ne connais les détails que par l’intermédiaire des films familiaux et des dires de mes défunts parents.
Mes parents… Mareksa et Kaëlar. La première était une femme mûre à l’apparence d’une demoiselle de moitié moins que son âge, comme tous les Erÿns. Ses longs cheveux roux étaient toujours enroulés en un chignon strict qui contrastait avec son merveilleux sourire. Le second était un homme aux cheveux grisonnants malgré son apparence enfantine. Lorsqu’ils se rencontrèrent, ma mère était alors étudiante en fac de droit, et mon père enseignait la Physique dans l’un des immenses amphithéâtres servants de salle de classe. Fruit de leur union, je naquis au Nerenam, l’un des deux seuls grands centres hospitaliers de Tiamat. Fils unique, je fus réellement un enfant aimé et gâté. Nous habitions une petite maison du quartier résidentiel de Këelass.
Mes premiers souvenirs remonte à mes six ans, et là encore, ils sont flous, comme lorsqu’on se réveille le matin, des souvenirs brumeux du rêve de la nuit dernière encore à l’esprit, s’effaçant peu à peu alors que l’on s’empare de sa brosse à dent devant l’évier, étonné par la tête de déterré que l’on présente à son miroir. Je me souviens vaguement de petits détails de la vie de tous les jours. Je m’enfonçais dans l’oisiveté, comme tous les enfants de mon âge. Ne sortant que très peu à cause de ma faible consistance. Mes parents me faisaient prendre des bains de Sang pratiquement tous les deux jours dans l’espoir que mes muscles s’étofferaient, mais bien que ma santé s’améliorait nettement, j’en restais chétif. Restant cloîtré chez moi, je privilégiais alors l’intellect. L’un de mes souvenirs les plus nets à cette époque est celui de mon 7e anniversaire.

En me réveillant, j’aperçu le visage souriant de ma mère, les cheveux détachés et ses yeux violets emplis de joie. Je ne compris pas pourquoi elle était là : la matinée était déjà bien avancée, et d’habitude elle était au boulot à cette heure-ci. L’autre surprise fut l’apparition de mon père, vêtu d’une vieille chemise rose et bleue, les cheveux en pagailles et l’air tout aussi content que ma mère.
Je fronçais les sourcils, cherchant dans ma mémoire s’ils m’avaient prévenus que ce jour ci ils n’iraient pas au travail. Etait-on dimanche ? Je n’en avais pas souvenir, et je ne trouvais aucune explication valable à leur présence commune à la maison en pleine semaine.

« Joyeux anniversaire mon chéri ! »

Je regardais d’un air perplexe Mareska qui me regardait tendrement. Le jour de mon anniversaire m’était complètement sorti de l’esprit, je tournais alors les yeux vers Kaëlar qui s’était écarté pour me laisser voir un énorme paquet à ses pieds. Je sautais alors du lit, débordant de curiosité, j’arrachais le papier cadeau sans faire de détails et me retrouva nez à nez avec un processeur et un écran plat tactile dernière génération. Vous savez ces écrans qui ne sont pas durs et que l’on peut enrouler comme une feuille de papier. J’en avais déjà vu, dans le bureau de mon père, mais n’avais jamais eu l’occasion d’en utiliser un. Avant que mes parents puissent proposer de me l’installer, je dénichais toutes les prises dont j’avais besoin et installais l’ordinateur comme si cela était une connaissance naturelle, comme lorsqu’on apprends à marcher.
J’allumais la tout et observais l’écran qui se mit à parler de sa voix mécanique.

« Bonjour Abiel. Fichier de reconnaissance vocale : peux-tu parler ? »

Visiblement l’ordinateur avait été préalablement programmé pour moi. Je parlais donc en observant d’un air émerveillé l’écran bleu devenir vert et afficher la page d’accueil alors que l’engin analysait ma voix pour en enregistrer toutes les subtilités et verrouiller son processeur au cas où un autre que moi tenterai de l’utiliser.

Ce souvenir est en fait le plus fort de ma jeunesse. Je n’ai jamais changé d’ordinateur : cela fait 29 ans que j’ai le même, que j’améliore moi-même en même temps que l’avancée technologique. Dès que j’eu 12 ans, j’entrais à l’école et y suivi le cursus général que suivent tous les jeune du peuple d’Erÿn.

Puis évidemment arrivèrent les études supérieures. Je choisi un cursus spécialisé dans la recherche informatique. Mais alors que je m’occupais principalement de mes études, ma mère tomba malade. Malheureusement, ni les bains de Sang, ni la médecine de Këelass ne pus y faire. C’était une maladie génétique incurable. Elle en mourut rapidement, ce qui acheva mon père. Elle avait été son grand amour et ils vivaient ensemble depuis plus de 30 ans. Bien que j’existais, je ne suffisais plus et il ne tarda pas à la rejoindre, il avait cessé de se ‘nourrir’ malgré mes supplications, et un jour il était devenu tellement faible qu’il cessa de respirer. Je me retrouvais alors seul et décidais de ne pas rester dans cette maison, déménageant dans un petit appartement à côté du quartier commerçant.

Aujourd’hui je poursuis mes études. Mais j’ai décidé que cette année, je ne resterai pas à Këelass, je voulais voir le monde, rencontrer des skulls ! Bientôt…Dès que je pourrais…



Arme : Aucune

Question : Qu'idôlatrisent les disciples de la Croyance ?: [Juste]

Vous

Par quel biais avez-vous découvert le forum ? sur The Else World

Qu'est-ce qui vous a incité à vous inscrire ? l'originalité de l'histoire.

Qu'est-ce qui est à améliorer ? j'ai eu un peu de mal à comprendre que le Sang et l'Eau s'était la même chose (moi je croyais qu'ils se baignaient vraiment dans du sang)

Autres :j'ai supprimé deux catégories de l'apparence comme j'avais déjà préciser ses traits et ses vêtements avant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Tiamat~
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Abiel, I'm just a little boy...   Dim 5 Oct - 12:05

Bienvenue sur Tiamat ^^.
Tu aurais dû prévenir que ta fiche était terminée, j'aurais mis moins de temps à la considérer ! (je ne vérifie pas automatiquement).
La réponse à la question est juste =).
Si j'avais voulu chipoter, j'aurais dit que la mère d'Abiel, étant une Erÿn d'une génération précédente, aurait difficilement pu être rousse. Mais ce n'est qu'un détail, comme tu le sais, et je vais donc de ce pas aller verrouiller ta fiche =3.
Tu peux aller créer ton habitation à Këelass ! Joli avatar au passage ;D.

Fiche validée.
Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Abiel, I'm just a little boy...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tiamat. Cadavre exquis. :: Avant de jouer. :: Fiches de présentation :: Fiches validées :: Erÿns-
Sauter vers: