Tiamat. Cadavre exquis.


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nollaine Mazes (Administrateur) - Gangsta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nollaine Mazes
Skull
avatar

Nombre de messages : 152
Âge : 64 ans. (19 en apparence)
Religion : Croyance.
Métier : Honnête vendeur à la supérette.
Equipement : Baaaaaatte.
Gang : To-Ta-To.
Date d'inscription : 16/08/2008

MessageSujet: Nollaine Mazes (Administrateur) - Gangsta   Sam 16 Aoû - 18:35

Votre personnage

Nom : Mazes.
Prénom : Nollaine, mais on l'appelle plus souvent Noll.
Âge : 19 ans en apparence, mais il en a en réalité 64.
Race : Skull.
Sexe : Mâle.
Orientation sexuelle : Homosexuel.
Religion : Disciple de la Croyance.
Métier : Caissier dans un supermarché minable de Lunalesca.
Gang : To-Ta-To.
Lieu de naissance : Lunalesca.
Lieu de résidence : Lunalesca.
Arme : Il a une prédilection pour une batte en bois qu'il trimballe tout le temps avec lui de nuit, mais peut manier l'entièreté de l'armurerie du gang : couteaux, barres de fer, canifes...

Caractère :
Complètement fou ? Ce serait exagérer. Nollaine n'approche de l'hystérie totale que le soir venu. Penchons-nous donc tout d'abord sur la journée. Il y est un garçon normal, relativement stable et calme. Même blasé... En effet, peu de choses peuvent ébranler Noll, et il prend les évènements dits graves avec légèreté, presque une pointe d'ironie. En dehors du monde, un peu marginal à cause de son indifférence, il peut sembler être la caricature-même du célibataire endurci qui ne cherche pas à plaire. En effet, l'avis des autres compte bien peu... Qui peut prétendre à la normalité ? Franc, ce n'est pas pour ça qu'il n'est pas capable de mentir, mais les vérités blessantes ont toujours une chance de se trouver dans sa bouche. Jamais il ne se souciera des conséquences de ses paroles, se contentant de semer la zizanie pour observer le tableau rendu à la fin. Il n'est pas asocial au point de ne voir personne, même doucement charismatique, mais il lui est dur de s'attacher et quelque chose dit que son ego se place un peu au-dessus des autres. A savoir qu'il se considère souvent comme supérieur à l'espèce Skull, et s'ennuie alors naturellement de leurs enfantillages, se sentant plus seul que jamais. Il porte un jugement sur tout, et il est rare qu'il soit positif : sur l'alimentation, les personnes, la déco, les programmes à la télé... Un esprit critique semblant fin et acéré mais qui finalement, radouci par les pouvoirs de l'Eau qui l'a fait éclore, ne se penche pas sur les réels problèmes de la société.

Noll recherche la passion, les sensations fortes, derrière son attitude relativement posée. Ne pas lui fournir une dose de drogues dures ou des émotions intenses revient à le laisser dans l'ennui le plus total. Un ennui d'Immortel qui le rend peu à peu léthargique, voire déprimé. Il est vrai qu'il souffre de devoir attendre un nombre indéfini d'années avant de mourir, et de tous les inconvénients que cela lui concède. Le premier serait sans doute celui qu'apporte la mort des autres : un abandon, et il n'aime pas se savoir seul, recherchant toujours la compagnie même sans aimer les Skulls qu'il fréquente. Ce mal-être et ce besoin de se remplir la tête de couleurs chatoyantes est sans doute l'une des raisons pour laquelle il a investi les To-Ta-To. La violence a un effet tout particulier sur Noll : elle le plonge dans un état d'excitation malsaine, et on se rendra vite compte qu'il aime "faire du mal", se défouler en passant certaines pulsions sur les têtes à fracasser en face. Pour crier son malaise au monde entier, il démolit, afin de se sentir un peu mieux.

Ainsi, croiser Nollaine en tant que gangsta n'a rien de positif. Il n'a alors aucune limite ni contrôle de lui-même - il ne cherche pas à en avoir de toute façon. Il ne raisonnera pas de manière logique, aussi il ne serait pas étonnant qu'il ait des réactions totalement inattendues et illogiques, le seul but étant d'en tirer un certain plaisir.


Goûts : Il aime... l'alcool et la drogue en premier lieu. Il n'est pas rare de le voir avec une bouteille ou une cigarette. Le sexe, aussi, après tout, c'est pas un tabou. Sentir des os craquer ou des muscles se déchirer est fortement jouissif pour lui. Changer de couleur de cheveux - un peu fashion victim... La religion et ce qui s'y approche, même s'il n'est pas fanatique et va parfois casser ses règles.
Il n'aime pas... son boulot. C'est quoi cette idée de faire le caissier franchement ?! Il n'apprécie pas non plus le sentiment de solitude, l'immortalité conférée par sa race. Ce n'est pas pour ça qu'il est en bon terme avec la mort : il l'accepte et sait que son heure va venir, mais elle lui enlève souvent des personnes chères, la garce.


Physique :
Il est vrai qu'il aurait pu naître plus hideux. D'abord, Nollaine est plutôt grand, élancé, et mince. Nombre de ses membres sont allongés, comme ses mains un peu grandes et viriles, son visage ou son cou, dénudé et fragile sur ses épaules. On pourrait penser qu'il est faible et frêle, mais ce serait mal le connaître. En effet il est toujours bien campé sur ses jambes, assuré dans ses mouvements, presque pompeux, et il semble ne rien craindre du tout, du haut de ses jambes. C'est sans doute ce qui fait de lui un Mâle, parmi tant d'autres. On serait étonné de sa voix, légèrement rocailleuse et masculine, sur un visage aussi androgyne. En effet, Noll ne déroge pas à la règle des Skulls : sa figure est incroyablement douce et arrondie, pour donner l'illusion d'une fille juvénile.

Pas une trace de rides, une statue de cire bloquée à ses vingt ans comme on en croise tous les jours sur la surface de Tiamat. Une petite particularité subsiste encore sur le visage de Noll : sa bouche. En effet, il bénéficie de lèvres boudeuses, presque roses sur sa peau blanche, qui rendent son visage plus... enclin aux baisers ? Disons qu'on pourrait penser que s'il mettait du gloss, les reflets innombrables produits seraient assez jolis à regarder. Seulement il ne se maquille pas, alors... Au niveau de ses cheveux, ils ont toujours été longs, mais ont perdu leur couleur blonde du départ, maltraités par les colorations. Pourtant il en prend un soin extrême, là n'est pas le problème ! D'un bleu pastel, ils descendent sur sa nuque et son dos pour effleurer ses hanches, et sont alors susceptibles de voler dans tous les sens, bien qu'ils soient peu épais et lisses. Le jeune homme a aussi les tempes rasées : de là vient une ressemblance avec Ned, pas forcément voulue mais véritable. Seulement, son lien avec la Reine s'arrête là, car il n'a pas d'yeux bleus mais bien d'un noir d'encre. Sans reflets, abrupts, dispensant un regard neutre sur le monde qui l'entoure. Ces iris sombres font un contraste étrange avec toute la clarté de son apparence, aussi on est vite accroché par les yeux de Noll, ne pouvant s'empêcher d'y jeter un coup d'oeil tout en les fuyant.


Style vestimentaire :
En ça, il diffère peut-être des autres Skulls... Bien sûr, il n'est pas rare de le voir porter des jeans noirs moulant ses longues jambes, mais ce qui est plus étonnant, c'est son attrait pour la couleur. Des choses vives comme le jaune, le vert ou le rouge, qui s'allient avec ses cheveux pour le rendre incomparable aux autres. Il aime avoir des vêtements près du corps, même s'il n'y a parfois pas de mal à porter un haut ample. Noll apprécie les motifs, les symbôles à la chaîne, aussi vous trouverez sans mal des multitudes d'étoiles ou de bonshommes sur ses fringues, un peu comme celles d'un enfant. Ajoutons à cela qu'il ne se maquille jamais, ses yeux font déjà bien leur travail tous seuls sans avoir besoin d'une nouvelle couche de fard noir. Cependant, ses ongles courts n'échappent pas au vernis, parfois sombre, parfois multicolore. Nollaine n'aime pas les colliers, mais bien des multitudes de bracelet en plastique, métal, cuir, qu'il pourra entasser à ses poignets en quantité et entendre cliqueter lorsqu'il donne des coups. Il n'est pas rare non plus de voir chaque doigt de sa main muni d'une bague. Quelques anneaux en argent dans les lobes et sur le cartilage, une petite étoile sur l'oreille droite et le tour est joué, vous avez un Noll nonchalent en baskets.

Traits particuliers : /


Dernière édition par Nollaine Mazes le Ven 22 Aoû - 18:15, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nollaine Mazes
Skull
avatar

Nombre de messages : 152
Âge : 64 ans. (19 en apparence)
Religion : Croyance.
Métier : Honnête vendeur à la supérette.
Equipement : Baaaaaatte.
Gang : To-Ta-To.
Date d'inscription : 16/08/2008

MessageSujet: Re: Nollaine Mazes (Administrateur) - Gangsta   Ven 22 Aoû - 16:48

Histoire :

Vlam. On put entendre le bruit des os qui craquaient inexorablement, écrasés par le bois fraîchement repeint de sang chaud. Les membres du Skull rebondissaient mollement sur le sol, suivant le rythme des coups lui étant assenés. Les glapissement excités autour de son corps cessèrent quand il ne se releva plus, l'espace d'un instant, puis la rumeur reprit, deux fois plus puissante. La suite était un jeu. Il pouvait voir la figure aux cheveux bleus se pencher sur lui, tendre son arme, bander ses muscles, et recevoir la pluie de chocs qu'on lui infligeait, aveuglé par son propre fluide vital barrant ses yeux. Pour chaque blessure on chantait un air différent, on murmurait, on suintait, parfois un éclat de rire se faisait entendre. Des yeux noirs fous le regardaient quand on en eut fini avec lui, accompagnés d'une touche de grenat coulant éhonteusement de la commissure des lèvres. Alors qu'il voyait l'égratignure se refermer, il jugea préférable de se traîner sur le sol avec son peu de forces restantes, de se redresser en titubant et de courir dans le sens opposé pour guérir à son aise, sans qu'on ait l'idée de lui infliger le même passage à tabac une fois ses os ressoudés. Derrière lui il laissait des To-Ta-To triomphants, enivrés par leur soif de violence assouvie. Peut-être que des couples se rouleraient, complètement défoncés, sur le sol, et qu'on ferait circuler la batte couverte de son sang au même titre que les rails de Guislène, qu'on la lècherait et qu'on rirait encore, des rires hystériques, des rires de barrés.

C'était ce qui attendait tout Skull contrevenant à la loi du gang. C'était ce qui attendait tout Skull pénétrant dans le territoire après minuit. Il rencontrerait ses congénères dangereusement posés, adossés au mur, leurs armes sorties, et on se jetterait sur lui. Peut-être qu'il rencontrerait Noll. Noll s'appelait en réalité Nollaine, mais très peu de personnes le savaient. Il était sorti de la rivière qui l'avait porté durant des mois à la manière de n'importe quel Skull, et avait attendu dans une couveuse que l'on retrouve ses parents. La vérité était qu'il fut déçu. On lui avait donné pour géniteurs un Mâle et une Femelle chétifs, misérables, les Mazes, et même un troisième colocataire toujours sorti, Flad. La Femelle du couple Mazes, Ladine, ne s'était jamais décidée à travailler, se contentant de se prélasser dans l'appartement, elle et sa supériorité doucereuse. Etrangement, le Mâle, Ossaïde, n'avait rien trouvé à y redire et vivait des boulots qui lui tombaient sous la main, au gré de ses promenades dans les rues - qui se finissaient souvent au bar quand il ne recevait aucune proposition. Le petit Nollaine, durant l'oisiveté de ses jeunes années, vivait enfermé derrière une vitre, posant ses doigts sur la fenêtre de la cuisine, laissant de la buée dessus tout en regardant la rue, les rues.

Puis il retournait auprès de sa "mère", lascivement allongée dans le canapé, les yeux vaguement posés sur les petites écritures d'un livre ouvert. La journée, il ne se passait jamais rien. On faisait peu de bruit, se massant dans les coins encore sombres des pièces, évitant les surfaces illuminées par le soleil, qu'on considérait comme désagréables. Il ne fallait pas réveiller Flad, mais parfois Nollaine l'épiait, en ouvrant la porte de sa chambre en silence, pour observer l'adulte couché sur le ventre, les yeux clos. Le jour, c'était la mort. Il ne comprenait pas bien en quoi elle était réjouissante, alors qu'il se retrouvait seul, assis sur le carrelage en triturant ses doigts de pied. Pour pallier au manque d'éducation donné par ses géniteurs, il avait droit à la télévision. Le soir (vers 3 heures du matin), Ossaïde rentrait, et il fallait l'éteindre, mais toute la journée l'enfant s'était abreuvé des informations, des cérémonies retranscrites à l'écran et des émissions où on pouvait voir apparaître quelque Ned ou Priant.

La nuit aussi, c'était la Mort, mais différemment. Tandis qu'Ossaïde se ressourçait, les ombres de Ladine et Flad se dressaient, et guidaient Nollaine dans leur sillage. On évoluait en courant presque dans les ruelles, chimères passagères dans les bas fonds de Lunalesca, et c'était généralement pour rejoindre un bar où un groupe se produisait. Les corps massés, les odeurs, la musique... On ne lui autorisait pas de descendre de son tabouret, par peur que la toute jeune progéniture se fasse piétiner, mais il ne perdait pas une miette du spectacle, les yeux grand ouverts. Parfois son père lui donnait le fond de son verre de Krimka à boire, et il tressaillait en sentant les bulles lui éclater sur le palais. Bientôt ce monde serait à lui, complètement, aussi pétillant que l'alcool dans sa bouche.

Des mèches noires firent timidement leur apparition au milieu de ses cheveux blonds. A son poignet, des bracelets multicolores, aux couleurs de l'arc-en-ciel. On le laissa sortir seul de l'appartement, et il passa de longs moments à errer, seul, dans le noir. Il était damné, il allait se perdre, il n'aspirait qu'à la mort, de toute manière. C'était à peu de choses près ce qu'avait lancé un Meurtrier à la caméra, dans l'après-midi. Nous mourrons tous de la main des autres, c'est le cycle, c'est notre existence, c'est la tienne, c'est ce qui nous attend. Ouvre les bras... N'aie pas peur... Par-dessus les cheveux longs jusqu'à la taille, on avait mis de la teinture violette. Ses lèvres s'étaient bardées avec le temps d'un rosé naturel, aguicheur, boudeur, et dans la petite bande d'amis insipides qu'ils étaient, Nollaine avait eu de premières relations houleuses, sous le coup de l'alcool ou de la drogue qui lui rongeait le cerveau. Plus tard, ce penchant pour la passion et l'abandon lui resterait. Défoncés à la Guislène, quelques Skulls de la troupe discutaient sur des canapés en écrasant leurs mégots de Dinaltar sur la table, marquée par les brûlures.

- Quand est-ce... Quand est-ce... Quand est-ce que tu ramèneras la Diantrah de Nubide ?
- Ta gueule, 'Till.
- Oui, la ferme !
- Ha haaaaaaa... Hn...

Untill était accro, Untill était le symbôle même de la décadence permanente de la jeunesse Skull. Cette nuit avait été mémorable parce qu'on avait fait tourner le corps de 'Till entre tous les Mâles présents. Il en avait profité, et l'autre Skull avait dans le creux du cou un parfum enivrant, un parfum de veines séchées.

Mais ça ne suffisait pas. Rien ne lui allait jamais, rien ne le satisfaisait. A quoi ça rimait, de passer son existence affalé dans un coussin en attendant de mourir ? Certes, la vie n'était qu'un corridor, une salle d'attente, et un jour il faudrait en passer la porte, en s'y ruant pour ne pas être laissé derrière après avoir tant espéré. Mais était-ce bien la peine de rester sagement assis le cul sur sa chaise à lire des magazines ? Il s'ennuyait. Il s'ennuyait terriblement. Les trips n'étaient jamais assez intenses, les délires entre potes sans étincelle. Il lui était arrivé de sortir avec Flad plutôt que la bande de 'Till, de coucher avec Flad, pour tromper la monotonie. Les amis de son colocataire étaient de ces vieux Skulls branchés qui finissaient leur vie dans les discothèques de Lunalesca, à siroter les reflets colorés de leur Trépine. Il avait assisté à l'enterrement de l'un des leurs, participé au mouvement de foule dévastateur, effleuré du bout de la langue une hanche marquée d'un "Ned" cicatrisé, s'était entassé dans des voitures dangereusement antiques avec 'Till et les autres pour soulever des nuages rouges dans les déserts... Et le jour venu, replié sur lui-même sous ses couvertures, il pleurait en se mordant les mains jusqu'au sang, goûtait un peu au rouge métallique avant que sa peau refermée ne le repousse.

Il s'approchait de ses trente ans. Une bagatelle lorsqu'on pensait à l'éternité à venir. Son visage figé sur une adolescence blanche, immaculée, des yeux plus noirs que jamais encadrés de mèches rouges dégoulinantes. Dans le milieu composé de ses connaissances, on avait peu à peu élu Noll au poste d'excentrique, d'illuminé. Parce qu'il touchait à tout mais sans respect aucun, que la Croyance était parfois effacée par les couleurs et les formes de ses vêtements. Qu'il avait passé depuis longtemps les limites de l'éthique. Et si Nollaine avait passé trente années sur Tiamat, ses parents, eux, allaient sur le siècle. Toujours aussi juvéniles, androgynes, beaux, et on avait commencé tout doucement à mal les voir, à leur signifier que maintenant, il fallait en finir. Flad était mort il y avait peu de temps, emporté avec une foule d'enfants de la nuit dans une cérémonie grandiose en l'honneur d'Habanata. L'appartement était plus vide sans lui. Alors on dormait tous les trois ensemble, serrés les uns contre les autres. Ladine fut le premier à partir, poussé par une dispute avec son époux, ne laissant que des draps froids et le souvenir d'offices religieux. Le chagrin emporta Ossaïde le lendemain avec une seringue de Tchess gorgée d'Eau. Ils auraient voulu partir ensemble, c'était compréhensible.

La mort de ses parents lui laissa un goût étrange dans la bouche, presque amer. Quelque part, il les regrettait. Quelque part, il aurait voulu passer plus de temps avec eux. Il n'assista à aucun enterrement cette fois-ci, et ce fut le début de la fin. Untill pouvait bien crever, lui aussi, comme tous les autres. C'est à peu de choses près ce qu'il leur sortit quand on lui demanda si le décès de ses géniteurs l'avait déprimé. La drogue lui rongeait insidieusement les artères, les forçant à se reconstruire sans cesse, et il était passé par la fenêtre. La joue explosée sur l'asphalte, à regarder son sang s'écouler autour de lui dans une flaque brune, les bout de verre y flottant. Il n'avait pas cherché à mourir, juste à se sentir bien. Plus tard, il tuerait 'Till. Vous vous en doutiez sûrement. La mort est inéluctable.

Le vide laissé par la perte de ses trois colocataires se fit aussi sentir au niveau financier. Mais Nollaine n'avait jamais exercé un boulot de sa vie, piochant dans la rente de ses parents, et il était tard, bien trop tard pour se décider à entrer dans une école. C'était simple, il y avait une épicerie minable en bas de chez lui, et au lieu de dormir le jour, il descendait et enfilait un de ses uniformes ridicules. Il voyait défiler Djin et Jadane toute la journée, et en prenait un paquet pour lui quand il rentrait à la maison. Relativement las, il fumait alors un Dinaltar mauve et puant, avant de se décider à sortir. La nuit, c'était l'excitation qui le prenait, qui faisait bouillonner ses veines, qui rendait ses pas assurés.

Il avait un peu sursauté en voyant 'Till sortir du coin de la rue. Ses bras graciles tremblaient, rendant plus intense le tableau des yeux larmoyants. Les iris nuit de Noll s'étaient baissé sur le poignet que son ami tenait, et la main couverte de sang. Les frissons réguliers. Si on y regardait mieux, quelqu'un avait essayé d'arracher les deux bras. Ou quelque chose. Il était minuit passé.

- Noll... Noll...
- Je me suis toujours demandé... ce que ça faisait de mourir.

Doucement il amenait le corps meurtri contre lui, avant de le retourner pour écraser sa tête sur le mur sale de la ruelle. Un pouls battant sous ses doigts, il enfonçait sa main dans la gorge...

- Si j'appuie fort, comme ça, est-ce que je te tuerai ? Qu'est-ce que ça impliquerait ? Je n'aurais pas ton existence sur la conscience. Est-ce que si je lâchais tu reprendrais une goulée de cet air et continuerait à vivre ?

Sous lui, le corps s'agitait, réclamait de remplir ses poumons, douloureusement. Nollaine les sentait, derrière lui. Des ombres, dangereusement posées, adossées aux murs, regardant le spectacle. Il était minuit passé. C'était la loi du gang. Son pouce lâcha la peau chaude qu'il maintenait, rapidement suivi de l'index. Alors qu'on pouvait observer à son aise les marques violettes laissées sur le cou pâle d'Untill, celui-ci poussa un râle, avant de s'arcbouter pour respirer.

- Je vous le laisse.

Nollaine effectua quelques pas tranquilles dans la rue, faisant dos aux cris, dos aux coups. Dangereusement posé. Parce que c'était la loi du gang après minuit, que tout le quartier qui englobait son appartement devenait leur territoire, qu'il avait pris le droit de sortir de chez lui et de rendre la nuit excitante, une nuit comme il en avait cherché pendant cinquante ans... Il avait tué Untill. Il l'avait laissé se faire éclater la boîte crânienne sur le sol, démembré. Mais tout ça n'avait aucune importance, parce que c'étaient les règles du jeu, que 'Till serait heureux dans son nouveau paradis. Parce qu'il y avait si longtemps, il avait pensé quitter Lunalesca... Que ferait-il à présent ? Sans des corps lâches à disloquer.





- JE SUIS NED !
- Impudent...
- N'as-tu donc pas appris le RESPECT ?!

Il écrasa la batte en plein milieu du visage adverse, bénéficiant d'une pluie d'hémoglobine, ses cheveux bleus ondulant autour de lui comme un voile. Le corps du Skull tomba dans un bruit mat, sonné. Nollaine ramenait son arme contre son flanc, reprenant doucement sa respiration, le visage tâché. C'avait été rude. Et ça ne faisait que commencer. Son épaule émit un craquement lancinant lorsqu'il la remit en place.

- Je suis Ned. Et maintenant tu vas me lécher les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nollaine Mazes (Administrateur) - Gangsta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Message de l'administrateur
» MONSIEUR L'ADMINISTRATEUR RECTIFIER JE VOUS PRIE, CES ASSERTIONS MENSONGÈRES
» vs Gangsta Squad
» tuto haradrim, opération désert
» La fusion se rapproche de la proposition de l'administrateur du forumhaiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tiamat. Cadavre exquis. :: Avant de jouer. :: Fiches de présentation :: Fiches validées :: Skulls-
Sauter vers: